SPLINTER - FILM DE TOBY WILKINS - 2008 - UN ORGANISME BIOLOGIQUE INCONNU AU METABOLISME ACTIF DEVIENT ANTHROPOMORPHE EN PERCANT LES CHAIRS AVEC SES EPINES

Publié le par ARTONIGHT

Affiche originale américaine de Splinter


SPLINTER


INFORMATIONS

  • Réalisation: Toby Wilkins
  • Scénario: Kai Barry + Ian Shorr + Toby Wilkins
  • Production: Indion Entertainment Group
  • Année de production: 2008
  • Nationalité: USA
  • Genres: Thriller / Horreur
  • Durée exacte de la version intégrale: 1h19
  • Date de sortie officielle aux USA: 31 octobre 2008
  • Date de sortie officielle en France: 30 janvier 2009
  • Site officiel en anglais du film Splinter

CASTING / DISTRIBUTION DES RÔLES PRINCIPAUX
  • Shea Whigham (Dennis Farrell)
  • Paulo Costanzo (Seth Belzer)
  • Jill Wagner (Polly Watt)
  • Rachel Kerbs (Lacey Belisle)

TYPES DE PUBLIC
  • +15 ans: Australie
  • +16 ans: France + Allemagne
  • +17 ans: USA
  • +18 ans: UK
  • +21 ans: Singapour (version censurée)

LE SYNOPSIS DE LA REDACTION


Un jeune couple est pris en otage par un évadé de prison et sa compagne toxicomane qui veulent se rendre au Mexique. En s'arrêtant en pleine nuit dans une station-service isolée, ils se retrouvent malgré eux pris au piège: dehors, un organisme biologique inconnu doté d'un métabolisme actif se répand sur tout ce qu'il touche en prenant possession des enveloppes corporelles puis en transperçant les chairs de ses épines... Les fugitifs et leurs otages vont devoir trouver un terrain d'entente pour élaborer un plan de survie.


L'ANALYSE CRITIQUE DE LA REDACTION

Splinter est un petit thriller horrifique quelque peu fauché qui procure quelques bonnes sensations fortes. Avec un début dans le style Kalifornia et une fin digne de The Myst, le film tire son épine du jeu grâce à sa créature tout autant anthropomorphe que polymorphe, reprenant l'idée et l'originalité de The Thing de Carpenter. Entité mutante, inconnue, indescriptible, elle contamine par simple contact en se nourrissant des cellules vivantes qu'elle repère et qu'elle suit à la trace grâce à la chaleur de leurs corps.

Cette riche idée centrale aurait pu être beaucoup mieux exploitée car les possibilités scéaristiques s'avèrent très larges avec une telle créature. Mais Splinter ne fait pas dans la dentelle et ne s'éternise ni sur les explicatifs ni sur quelques ouvertures scénaristiques qui auraient pu prolonger son motif. L'action déroule sa pelotte de picots et de corps déchiquetés en un laps de temps très court, se concentrant sur des effets chocs assez bien menés et sur un huis clos imprévu entre des protagonistes que tout séparait jusqu'à ce que cet ennemi commun ne surgisse.

L'atmosphère de Splinter est assez étouffante, le rythme plutôt prenant, et les scènes gore d'assez bonne facture, mais loin d'être inoubliables. D'autant plus que la caméra a la fâcheuse tendanxe à passer en mode frénétique et tremblotant dès qu'une effusion de sang surgit, sans doute pour camoufler un budget SFX manifestement limité. Deux grosses incohérences nous sont tout de même restées en travers du gosier à la 55ème minute de film, et attention, spoilers...

Primo: couper un humérus (os du bras) avec un cutter est irréaliste, aussi l'étonnement de "l'apprenti chirurgien" à ce moment là paraît bien ridicule. Secundo et en conséquence directe: le jeune homme ayant touché le bras infecté devrait être par ce simple fait contaminé à son tour., mais il n'en est rien.. Cette invraisemblance majeure nuit terriblement au reste du film, qui comporte plein d'autres petits défauts sur lesquels, hormis cela, on pourrait ne pas s'attarder en étant bon public.

Malgré ces hics, Splinter contient une bonne dose d'adrénaline version sauce piquante. Des effets sonores réussis, de l'énergie à revendre, et une tension omniprésente à chaque instant que le réalisateur réussit à faire partager. Et surtout, une créature hors norme, qui mériterait ou aurait mérité d'être mieux exposée et mieux exploitée. Mais ne soyons pas mesquins: Splinter est une série B honnête et attrayante, qui échappe à la médiocrité malgré son budget limité, et vaut donc son petit détour.


NOS HUMEURS

Avant Splinter:

Pendant Splinter: :0064:

Après Splinter: :0020:


LA NOTE SUR 10

6


TAGS

CREATURE ANTHROPOMORPHE / CREATURE POLYMORPHE / GORE / HORREUR / HUIS CLOS / INVASION / ORGANISME ET CELLULES VIVANTES / OTAGE / STATION-SERVICE ET ESSENCE / SURVIVAL HORROR / MEXIQUE / PEAU ET OS / VIRUS ET CONTAMINATION


Commenter cet article